la race du berger australien comportement couleur histoire ect

Le Berger australien

 

(article non fini recherche de photos pour chaques couleur)

Histoire

Malgré son nom, ce chien est en fait originaire du Pays basque. Des bergers ont ensuite émigré en Australie, emmenant leurs chien avec eux. Puis certains ont migré d'Australie vers les États-Unis. Les fermiers américains ont alors développé cette race, immédiatement appréciée pour son agilité. Comme ce chien arrivait d'Australie, ils l'ont nommé australian sheperd dog, souvent abrégé en aussie. La race revient en France dans les années 1980 et la société centrale canine reconnait son standard en 1996. À l'heure actuelle, c'est un chien très utilisé aux États-Unis pour la conduite des troupeaux, notamment ovins. En France, la race se développe et en 2000 on comptait plus de 1700 individus recensés.

La couleur

existe seize couleurs de robe chez le berger Australien. Les quatre robes les plus connues sont :

  • Noir Tricolore (robe noire avec panachures blanches et cuivres) 
  •   
  • Bleu merle (gêne de "merling", qui "dissout" une partie de la couleur noire et qui donne une impression de tacheté argentée; par chien bleu merle on entend en réalité avec blanc et cuivre
  •  
  • Rouge Tricolore (robe rouge( marron en terme profane), plus ou moins soutenue, avec panachures blanches et cuivres) .
  • Rouge merle (gêne de "merling", qui "dissout" une partie de la couleur rouge, c'est-à-dire marron) et qui donne une impression de tâcheté doré; par chien rouge merle on entend en réalité avec blanc et cuivre.

en plus de ces coloris qui représente 99 % des robes en France, il existe également :

  • 4 robes identiques aux précédentes SANS blanc
  • 4 robes identiques aux précédentes SANS cuivre

 

ces 8 robes précédentes  s'appellent b icolore.  

  • 4 robes identiques aux précédentes SANS blanc NI Cuivre le noir seul est appelé zain.

L'accouplement de deux parents "merles" (qu'ils soient rouge merle ou bleu merle) a pour potentialité la naissance de chiots avec de graves soucis de santé; c'est-à-dire cécité et/ou surdité. En effet le gène "merle" est récessif et létal à l'état homozygote.Ce mariage est deconseillé par le club de race officiel de la SCC.

L'accouplement doit être précédé de contrôle des parents : Au minimum, tests oculaires et radiologiques de la dysplasie de la hanche. La race est peu touchée par ces affections et le restera pour peu que les éleveurs occasionnels ou professionnels continuent ces tests et écartent de la reproduction les sujets atteints.

 

Le caractère

Le berger australien est un chien vif, très adapté aux maîtres sportifs et reconnu pour sa rapidité. Ces qualités en font un chien très adapté à la conduite des troupeaux (bovins, ovins, à plumes, etc.) ou à des disciplines sportives comme le cani-cross ou l'agility, ainsi que pour le cavage ou bien la fouille de décombres.

C'est aussi un chien sociable, qui tolère très bien ses congénères et s'adapte bien à une vie en famille avec des enfants. Il s'agit d'un chien très attachant à déconseiller à des acheteurs d'un premier chien et également aux personnes trop sédentaires. c'est un chien très affectueux, et même carrément « pot de colle » (il déteste la solitude) une fois qu'il a bien compris qui détenait l'autorité.C'est aussi un chien trés lécheur. À déconseiller aux personnes trop sédentaires, car il a besoin de beaucoup d'activité physique pour être heureux, c'est-à-dire que déambuler dans un jardin aussi grand soit-il ne l'amuse guère, au contraire d'accompagner son maître dans ses activités sportives : trail running, ski de fond, VTT, équitation avec des programmes de plusieurs dizaines de km par semaine, pour lesquels il est vraiment adapté.

Maladies

Une enquête réalisée sur 48 chiens a permis d’identifier les problèmes de santé les plus fréquemment constatés par les propriétaires : il s’agit de tares oculaires comme l’œil rouge, l’épiphora, la conjonctivite ou les cataractes[4]. Les problèmes dermatologiques et respiratoires sont également répandus.

L’anomalie de l’œil du colley (AOC) et les cataractes sont deux vraies sources d’inquiétude[6] pour les amoureux de la race. On peut également citer le colobome irien, la dysplasie de la hanche, l’anomalie de Pelger-Huet, l’hypothyroïdie, et les dermatites nasales liées aux radiations solaires (appelées aussi « nez de colley »). Avant de penser à la reproduction, il est préférable de réaliser des radios de dépistage de la dysplasie du coude et de la hanche, et de faire les tests ADN qui permettront de déterminer si le chien est concerné par la mutation du gène MDR1, par la cataracte héréditaire, ou par l’AOC. Parmi les examens effectués devraient aussi figurer ceux qui diagnostiqueront une éventuelle anomalie de la thyroïde, ou une autre des tares oculaires présentes chez l’aussie, comme le colobome, l’atrophie progressive de la rétine (APR), ou la dysplasie rétinienne.

Certains bergers australiens peuvent subir une mutation du gène MDR1. Celle-ci ne concerne pas que l’aussie, mais touche également le colley, le berger allemand et d’autres races de chiens de berger[7]. Pour les chiens atteints de cette mutation certains anti-parasitaires comme l’Ivermectine, ainsi que d’autres médicaments, sont toxiques[8]. Il existe des tests qui permettent désormais de savoir si le chien est porteur de cette mutation ou non[9].

 

Attention : Ne jamais mariées deux merles ensemble qu'il soit rouge ou bleu, les chiots pourraient très vite en subir les conséquences.

1 vote. Moyenne 2.00 sur 5.

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site